Fable de la fontaine dans la forêt lointaine…

chasseur, Savoie lactée

Un chasseur ayant chassé tout l’été
Se trouva fort dépourvu quand la bise fut venue,
Pas un morceau à ce mettre au menu
Pas même un vermisseau ou un dahu !
Dans la forêt lointaine
Avec sa tête de croquemitaine
On entendait notre braconnier
Chanter à gorge déployée
Coucou, coucou, coucou
Coucou, lapin t’es où ???
Un lapin regardait par la fenêtre
En tendant le cou
Attirer par ce tohu-bohu
Et vis ce boucanier à la tête de malotru
Venir à lui et frappez chez lui
Hé! hé!, lapin, lapin ouvre moi
Miamiam! viens que j’te serre dans mes bras
Mais notre rongeur ne bougeât pas
Sous l’emprise de quelques bières sans faux col
Titubant dans le brouillard, les vapeurs d’alcool
Le trappeur lui tint à peut près ce langage
Si votre ramage hic! se rapporte à votre plumage hic!!
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois
Puis d’une douce et toute petite voix
Je vous apporte une galette et un petit pot de beurre
Ouvre moi ta portes pour l’amour de dieu
Mon ami Pierrot Lapin, je n’ai plus de feu
Allez viens me tirer la chevillette
Le lapin sourd de la feuille cru à une invitation
Et saute sur le dos du malotru à califourchon
Et le tire en chevillette, ce prends pour un cochon
Aïe aïe aïe !!!! notre chasseur un peu bougon
pris un coup de fusil au cul pour être poli,
parti en courant tout penaud, la pétoire entre les jambes,
certifiant qu’on ne l’y reprendrait plus.     OC

site web : www.savoielactee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.