Pour rire, Jean-Paul S. assis dans un café …

JeanPaulSartrethéâtre, boulevard Saint-Germain des pâtres, essuie les plâtres, d’une plume blanchâtre, écrit les « Mots »…compte dessus et bois de l’eau… ! de vie, qui brûle, qui gratte sur le papier, râpe le fond du gosier et déclame, la « Nausée » dans ce théâtre antique!, comme une tragédie Grecque. Marionnettes de bazar au « théâtre de Pablo Escobar » ou les acteurs grandiloquents, costards noirs, chemises blanches… les lascars, politicards, sont à l’affût de l’embrouille, dans le brouillard d’un mauvais polar, en mâchant un malabar. Je préfère plutôt le « théâtre amateur » « L’imaginaire », un peu farceur, libertaire, charmeur, intérimaire, ou les rencontres du primaire au secondaire y sont complémentaires. Il y a les mÔndains, de l’art contemporain, les superstars, les supers Koons-nards, qui exposent des canulars à douze millions de dollars!!!! et qui trouvent des pigeons, des tocards, des grosses outres pleines de graisse à pognon, dans ce « théâtre privé » en bouffant à tous les râteliers, du caviar à l’opéra bouffe lupanar. J’aime bien, ceux du « théâtre populaire » simple et volontaire des quartiers prolétaires. Pas trop intéressé par le « théâtre subventionné » érigé en dogme à coup de billets, mon poulet. Dans ce « théâtre occidental » ou la vie ressemble à un « théâtre comique » se mêle, « théâtre improvisé », « théâtre religieux », « théâtre classique », dans ce « théâtre français ». Où est donc passé la subversion du « théâtre de Molière », de plein pieds dans le « théâtre de boulevard », « théâtre des rues », « théâtre d’ombre » où les marionnettes s’agitent, comme des moulins, à qui fera le plus de vent, à pisser dans des violons ou jouer du pipeau pour harponner le badaud. Aller…!, c’est jour férié, faut faire relâche, arrêtez de jouer, malheureusement, il affiche toujours complet-fiston. Bas les masques, arrêtez les grimaces, enlevez vos costumes de paillasse, vos maquillages, artifices en pain d’épices, ce serait un vrai « coup de théâtre ». De l’avant scène au balcon, des cintres aux coulisses, les cintrés de la corbeille, aux fauteuils, des planches au poulailler, cocoricoooo, projecteur, acteurs, souffleur, décorateurs, bonimenteurs, cette belle humanité, ces sacrés cocos qui s’agitent dans le bocal du « théâtre éternel »……..rideau. Circulez y à rien à voir. O.C

site web : www.savoielactee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.