Fécondation in vitraux

fecondation in vitrauxc’est pas pour les rigolos. Éclairée au soleil couchant, la rosace de la cathédrale brille de mille feux, les yeux malicieux, une marmotte sortant du moyen âge, tout feu tout flamme, dans la fleur de l’âge, jouait avec le feu, corne bleu, un peu bourru, un peu rurale se prenant pour une cérébrale, d’un tempérament de feu, se mit à déclamer de vers, des cantiques pastorales dans un accent guttural, des poèmes, envers et contre tous, des voyelles de toutes les couleurs, n’est pas Charles…!, c’était Beau…de l’air !!!! au centre de la nef et même translucide comme le verre, que le souffleur colorait en vert, pour nos sous-verres et nos vitraux Art gothique tac. Comme une pile électrique, au feu vert une consœur surgit dans le chœur, sous le feu des projecteurs, se mit à accompagner notre loustic. Se croyant à la chorale, psalmodiait des louanges, ici et là avec sa voix d’opéra, je sentais que le feu couvait sur l’autel, ne voulant pas jeter de l’huile sur le feu, je me cachais dans le confessionnal pour ne pas me retrouver entre deux feux, la drôlesse avec le feu aux fesses et mis le feu aux poudres. Notre ménestrel moyenâgeux, le sourire niais et épais, sculpté par un tailleur de pierre, avait le feu sacré et se mit à fumer par les naseaux comme un taureau. Pour son premier baptême du feu, il se jeta sur la donzelle, toutes ailes déployées, comme un dévoyé, sans crier gare et fit feu de tout bois, jouez hautbois résonner musette…

site web : www.savoielactee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.