Delaunay-Belleville…

à la rue Ordoner, la bande à Bonnot, des gangsters pas très rigolos, qui ne feront pas de vieux os sur cette terre. Haut les mains peau de lapins, la maîtresse en maillot de bains. Ils étrillent, volent pillent la société général, pas comme Jérome Ker, mais pour tripette, des clopinettes. La bande de joyeux drilles, anarchistes de pacotilles, chaud comme la braise sur le grille, donne du fil à retordre à la garde civile, dépouille pour une broutille, un coffre ou un vigile. Sur le fil du rasoir, ils entrent dans l’histoire, au volant d’une Delaunay-Belleville, premier braquage en automobile. Liquidé au mois d’avril comme un poisson, dans les filets de la maréchaussée.

site web : www.savoielactee.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.