Ford V8 Sedan…

Crack boursier 1929, les bourses claquent, des banquiers qui s’écrasent sur les pavés. Clyde craque une allumette, devant une frêle silhouette. Tire une tafe et souris dans les yeux de Bonnie. Roméo et Juliette de la grande crise. Au volant d’une Ford V8 Sedan, armés jusqu’au dents, ils vont semer la mort et s’aimer avec passion, jusqu’à la mort, devenant les Robins des bois de la dépression. Amants maléfiques au volant d’une V8, pillent, volent écument les banques, le flingue à la main tuent des flics. Une plume à la main, Bonnie écrit des poèmes, leur histoire tragique. Clyde Barrow lui aussi, envoie une lettre à Monsieur Ford Henry pour le féliciter de cette fantastique voiture. Ils tombent dans un piège sur une route de la paroisse de Bienville et Meurent sous les feux de l’enfer.

In 1929 stock market ordeal, financial places collapse, bankers crashing about on pavements. Clyde strikes a match in front of a frail figure ; draws a puff while mirroring himself smiling in Bonnie’s eyes. A Romeo and Juliet romance of the Great Depression. At the wheel of a Ford V8 sedan, armed to the teeth, they are going to spread terror and love each other passionately, until death doeth them part, becoming the Robin Hoods of depression. Pillaging, looting, bank ransacking, gun waving lovers. Pen in the other hand, Bonnie writes poetry, their tragic chronicle, that is. Clyde Barrow also writes. In his case, a letter. To Henry Ford himself, warmly congratulating him on the brillant performances of his car. Finally, the cop killing, V8 riding evil couple is fatally ambushed on Bienville parish main road where they expire in total hellfire.

site web : www.savoielactee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.