Archives mensuelles : janvier 2022

JEFF KOONS COUP DE GUEULE

COUP DE POING, COUP DE PIEDS, COUP DE GUEULE, les FRIC F.R.A.C

Tous les Koons-nards, les grands ch’Jeff de l’art «con»temporain, qui exposent leurs braquemarts gonflables de triquard, au tout venant et à tous ceux qui leur lèchent le jonc, les dollars plein les yeux, plein les poches, de poches-tronc, pour faire monter le pognon aux enchères, très chères et s’acheter à l’unité, un «Koons-nards» à chier, signée, sous les coups de marteau du commissaire spéculateur, chez Sotheby’s ou ailleurs. Exégètes de la beauté qui

se sont auto-proclamés et ceux qui acquiescent,courbés comme des bousiers, qui pousse-pousse leur bouse, laissant leur bave de limaces, à genoux pour recevoir l’extrême onction, Amen…ton flouze, dégage… p’tit mouton!, t’as pas le pognon.

Dans leurs costards criards à la John Gotti, ceux qui nous font prendre des vessies pour des lanternes avec leur créations en bernes aussi pauvres que le désert de Gobi, qu’ils nous expliquent par des foutaises, des balivernes, leur source d’inspiration bien tarit!!!!!!, J’ai envie de CRIER, j’ai des maux de tête, ça me casse-tête, vite j’avale un aspirine. Faut vraiment voir ça !!! au premier, c’est l’ennui, la désolation, le désert d’Arabie, quelle pauvreté, quelle misère exposée ?, sortie de cerveaux asséchés d’artistes en manquent d’inspiration, rien à garder, à regarder. Envie de me suicider…!!

SUR UN AIR D’OPÉRETTE

Salut ma cocotte, journée qui fait grise mine…! car il flotte. C’est ton affreux Jojo, qui passe glisser un mot dans ton bel abricot. Jojo les biscoteaux, saisissant tes cheveux d’une main ferme, pose ton bec là dessus poulette, pour te rouler une galette. Son bel épiderme dressé, pénètre en levrette cette humide craquette sur un air d’opérette.

VINCENT VAN GOGH

Vincent Van Gogh
impression encadrée

commander
86,93 €

Visiter la boutique :
Savoie Lactée

Il n’a vendu qu’un seul tableau de son vivant.
En 1890, Théo écrit à Vincent Van Gogh pour lui faire part de la vente de son tableau La vigne rouge pour 400 francs. Même avec les efforts de Théo, il s’agira de l’unique fois. L’artiste trouve difficilement des endroits où exposer ses oeuvres. La plupart des amateurs d’art de l’époque se moquent de ses peintures et ne les comprennent pas.

BALADE PARISIENNE

Sous un généreux soleil, balade de souvenirs, du parc Monceau à Richelieu Drouot, sur les grands boulevards, pétard c’était pas le bazar. On y achetait nos fringues, pulls, vestes et foulards. Balade parisienne, parisien dans mes gênes, sans-gêne, liberté de nos vingt ans, insouciants, théâtre de la jeunesse, Claude Santelli, c’est l’entracte, je craque une allumette et brule un cierge à l’église Saint Germain-des-prés, retour des émotions passées d’adolescent. Manifs, blues, rythmes & blues, des Cream à Jethro Tull, ouvrant la porte aux Doors, Strange days, Otis Redding et j’en oublie, nous fait trembler. Tous mes potes, ça ballote sec dans ma tête, inscrit dans mon ADN, Boris Vian arrache les cœurs dans ce prélude d’une échappée… Paris ma belle….si belle maîtresse fière et élégante comme un guerrier Maassaï qui m’accompagne en promenade, en randonnée sur les quais de la Seine, sur le pont des arts, accrochés par un cadenas doré, jeter la clé dans l’eau, sous le pont Mirabeau, assis sur un banc de pierre, les yeux fermés, le vent, comme la douceur d’une peau hâlé par les rayons brûlants, rire chaleureux de cette jolie journée….

À-propos

Savoie lactée pour dessiner les petits moments de la vie, comme un p’tit coup d’eau de vie à consommer sans modération. Les croquer à la mine de plomb, du crayon à la mine réjouie, les colorier comme la souris verte qui courrait dans l’herbe, les gribouiller comme les enfants qui rient. Les imprimer sur les habits, pour les grands et les petits. Rêver les voir porter, tout là bas ou ici, des deux mains, je signe et j’applaudis.
Fatras d’idées, sa voie tracée, dans les étoiles, gens de la lune sans rancune, tête en l’air, l’air de rien, les pieds à peine posés sur terre, sale caractère, vachement indépendant. Design, peintures, dessins, articles, idées, textes ringards, jobards, tocards, à mettre au rencard, hipsters débranchés, bobos, métrosexuels, métro, boulot, dodo. Je m’embarque dans cette barque tel Gulliver, comme une bouteille à la mer, ramant à l’endroit à l’envers dans ce chaotique univers

À VINGT ANS…

T-shirt Patois Savoyard :

A vint an on prin koui on vu, a trinta koui nou vu e a karinta koui on pu*.

Commander
22,08 €

Visitez la boutique
Savoie Lactée

*Traduction du patois : A vingt ans on prend qui on veut,à trente qui nous veut et à quarante qui on peut.

SERGE GAINSBOURG

T-shirt Serge Gainsbourg

commander
22,08 €

visitez la boutique
Savoie Lactée

Avant d’embrasser une carrière de chanteur, Serge Gainsbourg souhaitait devenir artiste peintre : «J’ai commencé à peindre à 13 ans, et ça jusqu’à mes 30 ans. Je faisais de la penture figurative, puis du cubisme et enfin du surréalisme»


NATIONAL 7 AVEC LUCETTE

J’espère que tu es de bon poil, on va se faire la malle !!!!! Avec Lucette, N7, roule ma poulette, mais conduis pas à l’aveuglette, ouvre bien tes mirettes, de mal en pis, la vache… t’es toute guillerette sur la banquette, arrête de faire la girouette. Le vent dans les bouclettes, on double une camionnette, gendarmerie en goguette, passe moi ma casquette, j’ai les cheveux qui s’entêtent. Allez double moi cette brouette, je prends une cigarette, Gauloise ou Gitane, plus loin, on s’arrête pour le plein d’essence chez Jeannette, on prendra une anisette à la buvette, on cassera la croûte, j’me ferais bien une andouillette. Puis la peau du ventre bien tendu, merci petit Jésus, on fera une petite sieste avant de repartir, dans un champs de clochettes, on fera des galipettes, mmmm alouette, je te plumerais le bec.